NDVS, tandem de choc !

Le club de vélo nantais est dirigé par des époux passionnés : Arlette Pineau, présidente, et Roger, son mari. Vice-président, celui-ci nous présente le NDVS.

« Un point de convergence pour se rassembler et s'entrainer. » Dès ses premiers mots, Roger Pineau souligne l'importance sociale du Nantes Doulon Vélo Sport. « Tout le monde est bénévole ici. Il y a beaucoup d'efforts et d'investissement de tout le monde. »
Retraité, le vice-président donne de sa personne afin d'aider au bon déroulement des choses. « Ça fait plus de 20 ans que je suis ici, sourit-il. Je vais au devant des sponsors, des commerçants. Je fais aussi une bonne partie des organisations d'évènements. » Il en profite pour remercier les partenaires du club. « Distinxion, Assistance Ambulance, Super U Dalby, Étanchéité Thouaréene. Ils nous aident à avancer. »

Roger nous détaille ensuite un club qu'il connait sur le bout des doigts. « On a une école de cyclisme, un centre de formation. Pour les enfants entre 5-6 ans et 12 ans, tous les mercredis de 14h30 à 16h30, ils travaillent au vélodrome. Essentiellement sur l'adresse. Les minimes, qui ont 13 et 14 ans et font aussi partie de l'école de cyclisme, s'entrainent eux souvent sur route. Puis on a les catégories cadets, juniors et adultes. »
Le programme de compétitions s’étale lui en deux parties sur l'année. « Il y a une partie du premier samedi de décembre jusqu'à début février. Puis les compétitions sur route de début mars à fin septembre. »
Le Nantes Doulon Vélo Sport organise lui trois évènements annuels. « Le 25 mai, on a une compétition pour l'école de vélo organisée toute la journée. Le 11 juin, on a une manifestation inter-entreprises et au mois d'octobre, c'est l'hippodrome. »

Toujours passionnée et motivé, le vice-président espère que son club continuera sa marche en avant. « Le Nantes Doulon Vélo Sport marche bien. Certains clubs n'arrivent pas à durer mais nous, on progresse donc c'est intéressant. L'objectif est de renforcer l'équipe afin de viser une équipe séniors de deuxième catégorie. Mais bon, c'est surtout une question de sponsors ça car c'est plus facile pour attirer. »

En attendant, Roger et son épouse continuent à prendre plaisir à faire tourner un club qu'ils aiment par-dessus tout. « On est bien ici », conclut-t-il dans un large sourire.

distinxion 2016

rugby championship 2016

bandeau distinxion footer