MiniMondial : 20 ans de plaisir… et de souvenirs !

Le compte à rebours est lancé ! Du 30 mars au 1er avril, la crème du football planétaire version U11 s’établira à Orvault pour un week-end de Pâques pimenté, à l’occasion de la 20e édition du Kappa E.Leclerc MiniMondial.

Alors, avant de vivre 72 heures en apnée lors de l’évènement, Sébastien Arrouët, le directeur-fondateur du tournoi, a pris le temps de regarder dans le rétro pour établir un top 5 de ses souvenirs et temps forts dont la rencontre avec Distinxion.

La plus grande fierté

Incontestablement, d’avoir réalisé un véritable rêve de gosse ! A chaque édition, le plateau permet à des enfants passionnés comme je l’étais et qui, pour la plupart, ne deviendront pas professionnels (comme moi !) de frissonner en jouant face à des clubs qu’ils regardent habituellement à la télévision. Le petit qui affronte le grand, c’est le principe constitutionnel du MiniMondial. Un credo dont les organisateurs comme les joueurs ne se lassent pas… et le public nous le rend bien !

Le club le plus représentatif du tournoi

Le Barça, sans conteste ! Nous avions les yeux écarquillés à l’annonce de leur première venue en 2010. Quel frisson ! Malheureusement, cet émoi s’est révélé à la hauteur de la déception vécue il y a quelques semaines, lorsque nous avons appris que le club ne pouvait participer à cette édition anniversaire. Néanmoins, au classement UEFA des participations, les « Blaugranas » occupent le premier rang avec 8 participations. Un chiffre qui témoigne d’une véritable fidélité.

Les matches les plus fous

Deux affiches me reviennent particulièrement en tête… deux finales d’ailleurs, ça ne s’invente pas ! De toute façon, il s’agit généralement des seules rencontres qu’un organisateur puisse voir en intégralité. Et encore… En 2013 d’abord, la finale entre le FC Nantes et le FC Barcelone fut tout bonnement magique pour les spectateurs, un vrai condensé de football spectacle ! A la pause, les Canaris menaient 2-0, avant de se faire rejoindre sur le fil par les Catalans à la fin du temps réglementaire. Tout s’est donc joué aux tirs au but, avec à la clé un succès « à domicile » des Nantais, évidemment aux anges ! Lors de l’édition suivante, en 2014, là encore le suspense s’est invité dans une finale de classe mondiale entre le FC Liverpool et la Juventus FC. Et évidemment, ce mano a mano entre deux clubs légendaires a accouché d’un scénario épique, avec une victoire de la Vieille Dame là encore aux tirs au but (1-1, 5 t.a.b à 4). Sur ce choc, l’aplomb des gamins avait été incroyable. Après de tels matchs on peut se dire que le contrat est pleinement rempli.

Le plus gros coup de chaud

Comment l’oublier… A l’avant-veille du 10e anniversaire, je m’apprête à rentrer chez moi sereinement et… patatras ! Le car envoyé à Paris pour récupérer les équipes japonaises et russes accroche une rangée de voitures dans une rue en sens unique, en plein Paris ! Le véhicule se retrouve immobilisé et les 24 petits japonais à la rue ! Ils seront finalement pris en charge par une municipalité, avant de passer la nuit dans un gymnase. Pendant ce temps-là, branle-bas de combat à Roissy, où il fallait trouver des billets de train en urgence pour la délégation russe. Il était alors 22h30... autant vous dire que la nuit fut agitée !

Le partenariat avec Distinxion

Je me rappelle avoir été marqué, jeune éducateur, par le trophée St-Herblain Automobiles au début des années 2000 organisé à la Bergerie avec près de 100 équipes où chaque formation se voyait offrir un jeu de maillots ! Là je me suis dit, ce sont des fans de foot ! Et puis c'est avant tout une histoire de personnes, de rencontres. Comme le raconte si bien Patrick Rétif à chaque tirage au sort du MiniMondial, on s’est souvent croisé sur les terrains. Et les prémices de ce partenariat ont commencé avec quelques ballons ! Et puis à force de se croiser avec son acolyte Patrick Briand, me voilà un beau jour dans le bureau de Xavier Morvan. Le feeling est excellent. Nous refaisons le « foot ». Entre gardiens de but on ne pouvait que bien s’entendre et depuis, Distinxion fait parti des cinq parrains officiels de l’évènement. Une très belle histoire que nous continuons de développer avec Noémie Morvan. Nous partageons les mêmes valeurs !

distinxion 2016

rugby championship 2016

bandeau distinxion footer